Ziguinchor : l’apiculture pour freiner l’émigration

La présidente de l’Association Urokaal Mof Avi a remis du matériel apicole aux populations de l’ile Batighère-Essyl dans la commune de Oukout pour lutter contre l’exode rurale causée par le changement climatique.

Dans l’ile  Batighere-Essyl qui présente un riche potentiel apicole, l’apiculture est une activité génératrice de revenus considérée comme une stratégie de mise en défense des écosystèmes de mangroves dans les zones insulaires très vulnérables au changement climatique.

‘’En plus des travaux que nous avons initiés, nous avons dit qu’il faut aussi mener des activités génératrices de revenus pour fixer les populations, surtout les jeunes qui ont décidé de rester malgré les contons et aussi permettre à ceux qui sont partis de pouvoir revenir’’, explique Christine Tendeng, la présidente de l’association Urokal Mof Avi

Selon Mme Tendeng, le projet est appuyé par l’Association des Sénégalais de Luxembourg, d’un fils de la localité de la commune d’Enampore frappée par le phénomène du changement climatique. Il s’agit notamment de Me Xavier Manga et l’international sénégalais de football Stéphane Badji va permettre de lancer d’autre projet comme la pisciculture.

Reconnaissant le potentiel économique que présente le miel de mangrove pour le secteur agricole local, Etienne Manga, habitant de l’ile, formateur et maitre exploitant en apiculture, forme les populations pour une meilleure approche de la filière.

chrst tendeng.png
Christine Tendeng presidente de l'association Urokal Mof Avi

‘’J’ai appris que ce sont les fils de la localité qui sont à l’extérieur qui ont initié ce projet, j’ai décidé d’apporter ma pierre à l’édifice’’, a par ailleurs souligné le président des apiculteurs de la région de Ziguinchor.

Pour ce dernier, la présence des abeilles dans la mangrove permettra de réduire l’activité humaine et sauver l’écosystème marin en voie de disparition dans l’ile. ‘’Ce don nous permettra de rester et de gagner notre vie ici et encourager nos frères qui sont partis de revenir. Nous allons bien gérer le projet  pour qu’il soit durable’’, s’est réjoui Jean Paul Tendeng, un des bénéficiaires.

Depuis des années, les villages insulaires de la commune de Oukout dans le département d’Oussouye subissent le phénomène de l’érosion côtière et de la disparition progressive de l’écosystème marin et pousse les jeunes à migrer en ville.

 

Rubrique: