Sandra Agbandjigan, écrivaine : « Je suis tombée amoureuse du secteur artisanal en raison de son fort potentiel de pourvoyeur d'emploi»

Le ''Potentiel artisanal'' est une oeuvre littéraire mise sur les fonts baptismaux le samedi 03 juillet  2021 à l'Université d'Abomey Calavi au Bénin.  C'est un guide pratique destiné aux amoureux du secteur de l'artisanat. Il a été écrit par Sandra Agbandjigan, journaliste écrivaine. Cesti Info a interrogé l'auteur de l'oeuvre pour savoir davantage les motivations de la mise sur le marché d'un tel receuil. 

 

Cesti Info : Vous êtes l'auteur d'une œuvre littéraire intitulée ''Potentiel artisanal '. Ce livre, qui se veut être un guide, vient résoudre quels problèmes?

Sandra A. : En effet Potentiel artisanal est un guide de traçage en couture. Cette œuvre pionnière dans l'histoire béninoise est tout d'abord pour moi le témoignage de tout mon amour à mon beau pays, le Bénin. Ce guide qui a pour objectif premier la valorisation du secteur artisanal vient résoudre en titre d'or selon moi la problématique du chômage.

Je suis partie de la remarque selon laquelle de plus en plus les jeunes sortent de nos universités et écoles sans pour autant connaître leur vrai sort sur le marché de l'emploi.

Au Bénin, les jeunes étudiants sont pour la plupart issus des filières  de la sociologie, de la géographie, de la gestion, etc. Des formations qui ne sont plus vraiment en adéquation avec nos réalités sur le marché de l'emploi. Pendant ce temps, l'artisanat, un secteur plein de potentiel pour la création d'emploi et de richesse est très peu valorisé.

Convenez avec moi qu'une formation reçue dans le secteur artisanal par exemple en plomberie, en couture, en photographie etc. débouche directement sur l'emploi. Par conséquent, l'honneur nous appartient et on apporte à cet effet un plus à sa nation vu que nous sommes un pays hautement fiscal, l'entrepreneuriat de type artisanal doit pouvoir être le socle de notre économie. En un mot, ce guide vient démontrer le fort potentiel artisanal par la création d'emploi dans un pays où les uns et les autres développent fortement une certaine aversion aux métiers artisanaux et manuels, pourtant gage d'une vie épanouie au bout du sérieux et du travail bien fait.

En quoi cette œuvre pourrait-elle aider les jeunes à changer de paradigme, quand on sait qu'aujourd'hui l'amour pour la lecture disparaît des habitudes ?

Tout d'abord, c'est un document particulier dans l'histoire béninoise car souvent nos écrivains portent leur recherche sur des œuvres purement littéraires ou purement scientifique en réponse à des annales en français, en géographie, en sociologie, mais jamais dans une activité artisanale par exemple en plomberie, en photographie en couture etc comme on peut si bien le remarquer en Occident. Ainsi dit, cette particularité du document doit pouvoir être pour tous une source de curiosité à découvrir son contenu. Pour les jeunes, je crois que cette œuvre leur permettra de changer de regard sur les métiers artisanaux, elle leur permettra d'aller vers le secteur artisanal avec grande fierté et grande passion.

 En combien de parties est subdivisée votre œuvre ?

Potentiel artisanal est divisé en quatre parties. La première partie parle de la généralité sur l'artisanat, elle met en relief les raisons d'aller vers l'artisanat. La seconde aborde la généralité sur  la couture. Cette partie trace l'histoire de la couture, l'évolution de la couture, les grandes figures de la couture. La troisième partie concerne la prise des mesures. La quatrième et dernière partie met en relief les tracés de base en couture et quelques transformations, par exemple la jupe de base, le corsage, le pantalon classique, homme et dame. Notons que la troisième et quatrième partie peuvent déjà servir de guide de recherche et d'entraide pour tout passionné de la couture ou tout débutant ou même professionnels du domaine.

Sandra Agbandjigan, quels sont les projets que vous portez dans le secteur de l'artisanat ?

Merci  Giraud pour cette question. 

En effet,  je suis tombée vachement amoureuse du secteur artisanal en raison de son fort potentiel de pourvoyeur d'emploi, d’innovation, de créativité  et en me mettant dans la silhouette de la  situation socio économique de mon pays je crois que ce secteur oublié est capable de beaucoup de choses et personnellement je ferai tout sans rétribution spécifique pour démontrer au bon nombre de jeunes qu'avec l'artisanat et le sérieux on peut gagner sa vie.

Ainsi dit, je pilote un projet social dénommé "Potentiel artisanal" autrement artisanal au cœur de l'emploi et du développement.

Ce  programme contient deux volets, le premier volet qui est la sensibilisation a démarré  le 19 mars 2021 et consiste à passer d'école en école pour sensibiliser les jeunes écoliers sur les biens fondés des métiers manuels ou artisanaux avec démonstration à l'appui afin que désormais ils puissent changer leur aversion en amour, en passion par conséquent en un métier. Le second volet qui me tient vachement à cœur, concerne la formation. Ce volet pourra permettre aux diplômés sans emploi de faire une sorte de reconversion en suivant une formation dans une activité artisanale de leur choix suivant un style particulier de formation : de la spécialisation à la diversification. Une plateforme d'inscription est dédiée à cet effet aussi bien pour les bénéficiaires que pour les artisans et parrains.

Des impacts perceptibles de ce projet ?

Ce projet vise en titre d'or la création d'emploi et la valorisation du secteur artisanal. Il veut que désormais nos jeunes écoliers innovent, créent, soient dans du concret dès le bas âge. Monsieur le journaliste, une société sans innovation pour moi, est une cité sans lendemain, par conséquent remplie des déviances sociales de tout genre. Ce projet prône aussi l'industrialisation vu que l'artisanat peut servir si bien de berceau à l'industrie puisqu'il renvoie à l'innovation et à la créativité.

Quelle lecture faites- vous de la problématique de l'employabilité des jeunes aujourd'hui ?

C'est la question que j'attendais depuis. Nous sommes dans une situation simplement triste vu que des individus ont passés des années de leur existence  à suivre des formations hautement théoriques qui les plongent aujourd'hui dans un problème social sans pareil : le chômage, une situation dont parents et autorités sont responsables a priori vu respectivement que dans notre pays notre orientation scolaire est mal faite par nos géniteurs.

Dès notre très bas âge, les parents  voudraient qu'on fasse ci ou ça d'une part et d'autre part les autorités  ont flanché  dans le choix du système éducatif.

Mais je crois qu'avec l'artisanat on pourra faire un ajustement social en formant désormais les jeunes à l'emploi et non à la demande d'emploi vu qu'une formation reçue dans ce secteur débouche directement sur l'emploi.

 

Femme à multiple casquettes, parlez de vous à nos internautes.

Rire ! c'est vous qui le dites, a priori je suis contre les titres, c’est le changement, le développement qui m'intéressent. Toutefois, juridiquement je suis Sandra AGBANDJIGAN, gestionnaire, journaliste, styliste, linguiste, photographe et écrivaine. Je suis animée par une envie farouche de toujours recevoir le savoir tant que c'est possible. J'aime fortement le secteur artisanal, l’innovation, la créativité et l’industrialisation.

 

Un conseil, une recommandation à l'endroit de la jeunesse et les dames en particulier ?

Aux jeunes, je dirai tout simplement que, tant qu'il est possible de  poser chaque jour des pas concrets, d'être animés par le goût de la curiosité, du sérieux, de l'engagement, du dévouement, de la détention et de la volonté à s'émanciper dans le travail, la croyance et la persévérance surtout. Je ne pourrai finir sans exhorter les jeunes à aller vers l'entrepreneuriat de type artisanal en se faisant former désormais dans les métiers artisanaux.

Aux jeunes dames, je dirai tout simple que la parité n'est pas sur papier, elle se trouve dans l'action, dans le courage, dans l'abnégation, dans la résilience face à tout et contre tout. Elles doivent avoir du caractère, de l'audace vu qu'elles représentent l'humanité, elles doivent apprendre à ne jamais abandonner devant les difficultés car pour moi, les difficultés sont des étoiles qui éclairent dans la sérénité. Aussi il faut désormais des femmes qui se tendent sincèrement la main et non des femmes qui se jalousent. Oui chers dames, que pouvez-vous, pour vous même ?

Rubrique: