Penda Fall, fondatrice de la startup Smart Weather : « Bajen est un dispositif qui contrôle la qualité de l'air »

Penda Fall, jeune étudiante en licence 3 en sécurité informatique à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, a conçu un assitant intelligent pour lutter contre la mauvaise qualité de l'air dans les lieux clos. Dénommé ''Bajen'' en langue wolof pour dire "tante", ce dispositif est mis au point par la startup Smart Weather dont l'étudiante est fondatrice. Mlle Fall se confie à Cesti Info dans cet erntrein exclusif réalisé avec Giraud Togbé. 

Cesti Info : Vous avez conçu un dispositif qui permet de contrôler la qualité de l'air, de quoi s'agit-il concrètement ?

Penda Fall : "Bajen", c'est un dispositif qui permet de faire la gestion des pollutions aérienne dans les environnements clos et aussi la variation de climat et de l'humidité aussi. Donc, c'est un produit de Smart Weather qui travaille sur les pollutions aériennes, le climat et la météo en général. ''Bajen',' c'est un dispositif qui permet, surplace et à distance, de faire la gestion de la qualité de l'air dans les environnements clos comme les maisons, les bureaux et les hôpitaux.

A partir de quel constat, tentez-vous de proposer cette solution ?

La plupart d'entre nous n'accorde pas d'importance à l'air que nous respirons, ce qui ne devrait pas être le cas. Mais des études ont montré que l'exposition à une forte durée dans des endroits trop pollués peut provoquer chez l'individu, des maladies telles que les AVC, les cardiopathies et j'en passe. Aussi aujourd'hui, plusieurs personnes et la plupart d'entre elles sont des enfants qui meurent à cause des pollutions aériennes et les allergies.

J'ai pensé à mettre en place un dispositif qui va nous permettre de faire la gestion de la qualité de l'air que nous respirons puisqu'on n'accorde pas assez d'importance à cela. ''Bajen'' va se charger de ça.

 

Comment le dispositif fonctionne-t-il ?

On a ici "Bajen" qui se présente sous forme de base. Il peut s'adapter facilement à la décoration de la maison où de l'endroit. Maintenant le dispositif est muni de quatre capteurs qui permettent de récupérer la qualité de l'air, la température et l'humidité de l'environnement, et  l'affiche sur l'écran. Ici, on voit que la température est à 29°, l'humidité est à 72% et la carte de l'air est à 634 PPM. PPM qui veut dire particule par millions. Vous savez, il y a plusieurs produits qui sont aujourd'hui des produits toxiques comme les gaz, les CO2 et d'autres produits toxiques. Maintenant, les capteurs de Bejen lui permettent de capter tous ces produits qui se trouvent dans l'air de même que l'oxygène. Après la captation de toutes ces données, elle va faire le calcul et nous afficher comment est la qualité de l'air dans l'environnement.

Ici vous n'avez qu'à brancher votre disposition à l'endroit que vous voulez surveiller et vous vous connectez à l'application mobile parceque qu'il est associé à une application mobile qui permet de faire la gestion à distance.

C'est donc l'application mobile qui fait l'analyse et qui affiche comment est votre environnement par des couleurs. Le dispositif peut être utilisé par n'importe qui. Que vous sachez lire ou non, vous pouvez utiliser le dispositif. S'il vous affiche du vert par exemple, ça veut dire que la maison est seine, si c'est orange ça veut dire que c'est assez bien et si c'est rouge ça veut dire que c'est alarmant. Et en plus de cela, il va vous alerter si nécessaire si par exemple votre environnement est trop pollué et vous dire : votre environnement est trop pollué, effectuez une action pour la rendre plus sain.

 

Quelle est votre source d'inspiration ?

J'ai fait pas mal de recherches sur tout ce qui est lié aux pollutions aériennes et ses conséquences et j'ai vu que l'exposition aiguë à des endroits trop pollués peut provoquer chez l'homme des maladies graves. De même, je côtoie des personnes qui souffrent des maladies liées au climat comme les allergènes et autres.

Je prends l'exemple sur moi même, quand je reste en classe pendant trois heures de temps il me faut sortir pour pendre de l'air de trois à cinq minutes avant de continuer. Et je me suis donc dit qu'il faut un appareil pour faire la gestion des pollutions aériennes. Voilà comment est venue l'idée.

En quoi les cours que vous recevez à l'école vous ont permis de réaliser ce dispositif ?

Les enseignements sont complets et très vastes même, donc chaque professeur fait de son mieux pour nous apporter le nécessaire pour nous mettre sur les rails. Aussi les professeurs et même l'administration sont disponibles et nous soutiennent sur tous nos projets ou tout ce qu'on entreprends. Je pourrai citer madame Aminata Ngom et monsieur Pape Ndiaye qui nous ont beaucoup soutenu sur nos projets.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous étiez confrontée ?

Ce n'est pas facile de suivre les cours à l'école et de travailler en solo sur son startup. C'était pas évident aussi, on eu pas mal de difficultés côté hardwork et aussi ressources. Il fallait commander les capteurs à l’étranger. Parfois, tu commandes et quand ça arrive, ça ne fonctionne pas. Mieux, c’est cher parfois.

C'était coûteux mais comment avez-vous fait pour les acheter finalement ?

Grâce à l'aide de mes parents et de mes frères. Ça a toujours été ainsi avec tous mes projets. C'est à eux que je demande toujours de l'aide pour acheter le matériel dont j'ai besoin. Je suis ouverte pour tout accompagnement car on en a besoin afin de réaliser mes objectifs et d'apporter mieux aux populations. Aujourd'hui Bajen est à sa version bêta mais on prévoit de l'améliorer pour que ça soit accessible à tout le monde donc on a besoin d'accompagnement.

 

Rubrique: