Mass Thiam, coordonnateur de l’UCG : « Les PRN contribuent à l’éradication des dépôts sauvages »

Le projet Sénégal Zéro déchet est au cœur des préoccupations des acteurs du nettoiement. Le coordonnateur de l'Unité de coordination de la gestion (UCG) des déchets solides, Mass Thiam, dans cet entretien, estime que l’amélioration du cadre de vie des citoyens trouve toute sa splendeur dans l’élaboration et la matérialisation du projet des points de regroupement normalisés (PRN).

 C’est quoi le projet Points de regroupement normalisés ?

C’est un projet qui vise à mettre en place sur l’étendue du territoire national des PRN qui sont des points d’apport volontaire aménagés, surveillés, qui reçoivent les déchets ménagers et assimilés avec pour but de contribuer à l’amélioration du cadre de vie de la population notamment, par l’éradication des dépôts sauvages.

Quels sont les sites prioritaires pour piloter se projet ?

Les sites prioritaires pour recevoir les PRN doivent répondre à un certain nombre de critères : l’accessibilité et ou la visibilité du site qui doit être un ancien dépôt sauvage ou récurrent alimenté par les riverains. L’acceptabilité sociale du projet est aussi un critère de sélectivité, de même que la forte implication de la collectivité territoriale.

En dehors de Dakar, peut-on s’attendre à une décentralisation du projet sur toute l’étendue du territoire national ?

La réponse à cette question se conjugue au présent car actuellement 37 PRN fonctionnels sont déjà installés dans beaucoup de communes du pays et plus particulièrement à Thiès, Mbour, Tivaouane, Touba, Fatick, Kaffrine et Kaolack, etc.

La population adhère-t-elle à ce projet ?

Les résultats de l’enquête de satisfaction et de perception des populations par rapport aux PRN menés au mois de décembre 2020 et au mois de mars 2021 montrent que 96% des 117 usagers enquêtés sont très satisfaits de l’installation des PRN dans leur quartier. Les 4% restants se disent satisfaits, mais jugent insuffisant le nombre de PRN implantés dans leur quartier.

C’est quoi le suivi des ordures après leur acheminement vers les PNR ?

Après l’acheminement des déchets dans les PRN, le dispositif de collecte par benne à ordures ménagères et celui des lève-caisson entrent en scène pour vider les bacs. Les déchets ainsi collectés sont transportés vers les décharges.

Actuellement, Dakar compte combien PNR ?

La région de Dakar compte 65 PRN fonctionnels. Le département de Dakar en compte 37, celui de Rufisque 11, celui de Guédiawaye 10 et celui Pikine 07.

Sur combien d’années le projet doit-il s’étaler ?

La première phase du projet est de 5 ans, mais conscient du fait qu’à terme le territoire national ne sera pas couvert, il est fort probable que l’UCG le prolonge.

Quel est son coût global ?

Dans sa phase 1, le coût global du projet est estimé à 2 169 075 000 F CFA. L’UCG n’a pas encore bouclé le financement de ce projet et c’est ce qui explique notre recherche de partenariat pour assurer sa mise en œuvre.

Quel est l’effectif qui assure le travail de terrain ?

L’effectif des assistants de propreté qui travaillent actuellement autour du projet PRN est de 335 agents dont 264 à Dakar et le reste dans les autres régions du pays.

A combien de tonnes se chiffre la collecte journalière de déchets solides ?

Le tonnage de déchets collecté par jour dans les PRN de la région de Dakar tourne autour de 200 tonnes.

Parlons de la situation des travailleurs de ce projet. Quel est leur statut ?

95% des agents qui travaillent dans ce projet sont des prestataires de service et les 5% qui restent sont des permanents.

Entretien réalisé par Ibrahima NGOM

Rubrique: