Kaolack - Kaffrine : L'eau de Flexeau indésirable

Dans les régions de Kaolack et Kaffrine, Flexeau reconnait que l’eau servie n’est pas de qualité mais rejette la responsabilité de l’Ofor qui n’a fait aucun investissement dans la zone, selon l’opérateur.

A Porokhane, dans le département de Nioro, l’approvisionnement en eau s’est amélioré. Des 5 forages, seuls 2 fonctionnaient avant l’arrivée du Délégataire de service public Flexeau qui a démarré ses activités en juin 2019 dans les régions de Kaolack et Kaffrine. Désormais, une seule est en panne. Mais c’est la qualité de l’eau qui trouble les organismes des populations. «On a souvent ici des cas de diarrhée à cause de l’eau que l’on consomme. Ceux qui ont les moyens ici ne boivent pas cette eau. On achète de l’eau minérale», signale Néné Ba qui fixe sa bassine où déverse l’eau de robinet.

Dans le département de Kongheul, la même situation est constatée. «On nous avait promis de rendre accessible l’eau, moins chère. Mais Flexeau n’est jamais venue pour laver le forage. On tousse énormément. On boit une eau qui n’est pas de qualité. Du temps des Asufor, on lavait le forage chaque 2 ou 3 mois», enrage Moustapha Sall, président de l’Asufor de Pathé Thiangaye dont le forage est en panne depuis un an.

Des 4 délégataires déjà concernés par la réforme, Flexeau est la seule entreprise 100% sénégalaise. La société gère le périmètre Kaolack-Kaffrine avec 311 Systèmes d’approvisionnement en eau potable (Saep) dont 268 forages sont sous affermage. «La zone exploitée est caractérisée par la qualité de l’eau avec notamment des problèmes de fluor et de salinité des eaux souterraines», constate la Mission d’évaluation de la réforme de l’hydraulique rurale. Dans la zone de Kaolack et Kaffrine, l’eau ne manque pas dans la plupart des villages visités. «Mais elle est chère. On paie 250 francs/m3. Nos factures sont salées», déplore El Hadji Fall, président de l’Asufor de Xendé, un village du département de Kaffrine.

Flexeau : «La responsabilité de la qualité de l’eau incombe à l’Ofor»

Pourtant, le prix pratiqué par Flexeau est le même partout chez les délégataires de service public de l’eau potable en milieu rural. D’ailleurs dans cette zone, le prix fixé jadis par les Associations de gestion des forages (Asufor) était de 300 francs/ m3.  En 2020, Flexeau avait un taux de couverture de 79 %, soit le plus élevé de toutes des régions. «Il n’y a pas de qualité de l’eau ici et l’eau manque parfois», signale Bobo Cissé, président de l’Asufor de Nganda (Kaffrine). Face à la pénurie, les femmes sont obligées parfois de chercher dans les villages environnants à savoir Diama Gadio et Danko.

Sur la qualité de l’eau, Flexeau s'en lave les mains : cela ne reléverait pas de sa responsabilité mais de l’Etat du Sénégal. «La responsabilité de la qualité de l’eau incombe à l’Office des forages ruraux (Ofor). Il y a un système de coloration qui avait été promis par l’Ofor mais qui n’est toujours pas réalisé. On donne l’eau que servaient les Asufor, on ne s’en cache pas», se défend Abdoul Aziz Guèye, directeur des Opérations de Flexeau.

Par ailleurs, l’opérateur indique avoir engagé un important programme de transition énergétique par l’installation intégrale de mini-centrales solaires dans tous les forages. «Actuellement, il y a 129 forages qui sont déjà solarisés. 3 300 panneaux solaires sont en route pour installation et nous allons en importer 10 000», renseigne M. Guèye. Ce dernier précise que depuis l’installation de Flexeau en juin 2019, «aucun investissement de l’Etat n’a été réalisé alors que Flexeau en est à 2 milliards d’investissements».

Pour rappel, le fermier Seoh effectue à fréquence mensuelle des analyses bactériologiques et physicochimiques sur l’étendue du périmètre. Parallèlement, l’Ofor a mandaté l’Université Assane Seck de Ziguinchor pour effectuer une campagne d’analyse au niveau du NDP et les résultats obtenus sont satisfaisants. Une campagne a été menée dans le périmètre de  Thiès-Diourbel avec le laboratoire de Caritas. De plus, l’Ofor a mandaté le laboratoire de Sentech pour le suivi de la qualité de l’eau dans les périmètres de Thiès-Diourbel, Tambacounda et Gorom-Lampsar.

Babacar Guèye DIOP

Rubrique: