Guinée: Libération de nombreux prisonniers politiques

Ils attendaient ce jour depuis plusieurs mois dans leur cellule. Certains prisionniers politiques de l'ancien président guinéen Alpha Condé ont été libérés hier mardi. Un ouf de soulagement pour leurs familles et formations politiques.  Les décisons prises par les nouveaux dirigeants du pays commencent à faire déjà effet.  

C’est maintenant officiel, 79 prisonniers politiques de l’ex président Alpha Condé ont été libérés ce mardi aux environs de 18 heures. Cette libération est une des nombreuses décisions prises par la junte militaire au pouvoir réunie au sein du Comité National de Redressement et du Développement (CNRD).

Parmi les personnes libérées figurent les responsables du principal parti de l’opposition, l’UFDG, notamment Ismaël Condé et Abdoulaye Bah, Bogola Haba de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD), mais aussi et surtout l’homme fort du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), Oummar Sylla alias Foniké Menguè. Tous étaient opposés contre un troisième mandat du président déchu Alpha Condé.
 

Une réunion de concertation s’est tenue le matin  entre le Secrétaire général du ministère de la justice, le procureur général, le Directeur de l’administration pénitentiaire et le collectif des avocats des détenus politiques. Elle a permis justement de dresser la liste des 79 prisonniers libérés conformément aux instructions de la junte militaire.  Un «énorme » soulagement dans les différentes familles de ces anciens prisonniers politiques.
 

A noter aussi que les déclarations se poursuivent après celle de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (l’ANAD), c’était au tour de la formation politique de l’ancien président le Rpg Arc-en-ciel et alliés de briser le  silence à travers un communiqué. Ils disent  prendre « acte de la situation de fait accompli » et surtout appellent les nouvelles autorités « à préserver l’intégrité physique et morale du président Alpha Condé et à procéder à sa libération rapide et sans condition ». De son côté le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dit observer « la situation avec une attention soutenue et se réjouit de la libération de certains prisonniers politiques ».
 

Pour l’instant, trois jours après le coup d’Etat, la durée de la transition n’est toujours pas connue. La CEDEAO se réunira mercredi 8 septembre pour statuer sur le cas guinéen.
  

Rubrique: