Comment quitter un groupe Whatsapp inaperçu ?

Groupes WhatsApp: espace de rencontres (image d'illustration)

 Que ce soit sur WhatsApp, Signal, Telegram ou Facebook, des lieux de réunion virtuelle sont souvent créés pour raffermir les relations familiales ou amicales. Mais ces plateformes peuvent être parfois « toxiques » au point que les membres soient tentés de quitter le groupe. Mais est-ce simple de quitter une conversation sans passer pour un rustre dans une société ou les liens sociaux sont sacrés ?

  « J’ai hésité pendant longtemps avant de me retirer », confie Jérôme Diatta. Comme ce gestionnaire de service de transfert d’argent, beaucoup de gens se sont retrouvés, un jour ou l’autre, dans un groupe WhatsApp d’où ils avaient du mal à s’extraire. C’est difficile, certes, mais on a du mal à rester lorsqu’on reçoit 300 ou 400 messages par jour sur des fariboles. « Il y a trop de messages insignifiants. On partage tout et n’importe quoi dans les groupes, et puisqu’on n’a pas le temps, on quitte tout bonnement ».

  Parfois créés pour fortifier les relations entre les membres d’une famille ou d’une communauté, les groupes WhatsApp peuvent déclencher des effets pervers. Les informations de faits divers dans les journaux font souvent état de divorces ou de quiproquos causés par ces plateformes au sein d’un couple ou d’une relation amicale. « J’étais dans le groupe de discussion de ma belle-famille que j’ai dû quitter parce qu’il y avait des incompréhensions qui aboutissaient la plupart du temps à des brouilles », confie Penda Diop.

« Je ne participe pas aux discussions »  

  Si certains choisissent de quitter, d’autres préfèrent rester pour ne pas froisser leurs semblables ou pour ne pas passer pour le rustre de la famille ou de la bande de copains. Les notifications telles que « un tel a quitté » empêchent beaucoup de personnes de franchir le Rubicon.

Trouvé sur un banc public à l’université de Dakar en train de facebooker, Lamine Mbaye explique : « Mon numéro a été ajouté à un groupe de discussion politique sans mon aval. C’est vraiment agaçant mais je ne peux pas partir car l’administrateur est un ami. Mais je ne participe pas aux discussions. » L’élégance interdit à beaucoup de participants de quitter.

Bien que ces groupes soient virtuels, ils sont régis par des codes sociaux. Un membre peut s’y sentir vexé, déçu comme dans la vraie vie.

« Quitter le groupe tout honte bue »  

  Une autre source de départ des groupes de discussion, la confusion des genres. Si certains s’extraient des groupes à cause du comportement des participants, d’autres quittent du fait de leurs propres « bêtises ».

  Dans le groupe de discussion d’Amadou Ba, son départ était plus que « nécessaire ». Il s’agissait pour ce jeune comptable d’une structure hospitalière de la ville de Kaolack d’effacer sa honte après une manipulation maladroite de son téléphone.

« Alors que je manipulais mon portable, par inadvertance, j’ai envoyé un sticker à caractère pornographique dans le groupe WhatsApp de notre village où il y avait des participants de toutes les générations. Pire encore, en voulant supprimer le message dans le groupe, j’ai confondu les options et le message est resté. Les messages fusaient de partout. A chaque fois, j’essayais de m’expliquer. Mais à quoi bon ? Le mal était déjà fait. J’étais obligé de quitter le groupe toute honte bue ».

  Les groupes WhatsApp constituent un bon moyen de rapprocher les gens, quels que soient leurs rapports sociaux. Au Sénégal, le phénomène a pris une grande ampleur. Des groupes WhatsApp de famille, de « dahira », d’amis, etc., sont souvent créés dans le but de maintenir le contact entre les membres des entités sociales.

Cependant, la floraison de messages de toute nature, les malentendus fréquents entre les membres, la confusion des genres sur l’objectif du groupe, les différences d’humeur et de vocations peuvent amener certains à prendre congé. Mais quoi de plus difficile compte tenu de l’importance des codes et conventions sociaux en vigueur dans une société comme la nôtre.                                                                                                                              

Rubrique: